La communication au service du projet

La communication au service de la réussite du projet, tel était le sujet de mon intervention à l’Agile Tour Bordeaux, le 12 octobre 2012.

Une très belle expérience, un grand merci aux organisateurs, au public chaleureux ainsi qu’aux autres intervenants, une excellente journée pour un excellent cru 2012, vivement l’année prochaine !

 

Speakeuses à l’Agile Tour Bordeaux 2012

La salle s’appelait « Courage »… et nous y sommes presque toutes passées. La salle, c’était l’amphi, himself. Une journée riche, à la fois techniquement parlant mais surtout, déformation professionnelle, humainement.

C’est ce que je vais retenir de cette journée, une aventure humaine, un peu comme le TedxBordeaux 2011, sauf que cette fois ci, je n’étais pas du côté de l’organisation mais de celui des speakers… des speakeuses en fait, 5 au total, beau chiffre non ? Il y avait Caroline, Emilie, Sophie, Oana et moi, avec chacune son style, son domaine de compétence et son savoir-faire. Et je crois bien qu’on s’est données à fond ce jour-là.

Mais je ne peux pas parler aux noms de toutes, en ce qui me concerne, je suis sortie de la salle en me disant que j’ai donné tout ce que j’ai pu donner à ce moment-là, avec les ressources disponibles que j’avais au moment où je suis rentrée dans l’amphi. Aurais-je pu mieux mieux faire ? moins bien faire ? certainement, car le principe d’amélioration continue est bel et bien là 😉

Ce que je retiens ? que les valeurs de l’agilité étaient au complet : Feedback, Simplicité, Courage, Respect, Communication, mais aussi toutes les rencontres, les échanges et les moments de partage avec des familiers et des inconnu(e)s. Bref, j’étais à l’Agile Tour Bordeaux 2012.

Bravo aux orateurs, bravo au public et un merci spécial à toute l’équipe d’orga, qui nous a fait confiance, pour faire de cet Agile Tour 2012, un cru exceptionnel !

Votre corps en dit long sur vos pensées

S’il existe un langage difficile à contrôler c’est bien celui du corps ! Notre expression corporelle en dit bien plus sur nous, sur nos pensées et notre état d’esprit que notre langue, avec en plus cette réalité implacable : le corps ne ment pas, il est le plus souvent dans un posture authentique.

Même si pour un instant plus ou moins long nous décidons de rompre ou de suspendre notre communication verbale, notre corps lui ne peut pas ne pas communiquer !

Notre corps est directement lié aux émotions, et les émotions existent pour nous inviter à passer à l’action, c’est donc le corps qui sert, tout comme le langage verbal, à livrer nos émotions… à la différence que le corps lui ne sait pas réellement cacher l’émotion authentique ressentie et non exprimée à un niveau verbal. Pensez par exemple que vous êtes en colère contre quelqu’un, mais que nous n’avez pas envie de lui crier votre colère, et bien même si vos mots ne sortent pas de votre bouche, ils sortiront de votre corps : votre regard, vos bras, vos épaules, votre posture générale  et votre gestuelle exprimeront cette colère… que votre interlocuteur se sera pas toujours capable de repérer.

Sans rentrer dans le détail et afin d’éviter une lecture toute faite du langage corporel en général, il est à noter que le corps nous fournit de précieux indices quant à l’état d’esprit de notre interlocuteur, il faut donc apprendre à lire son expression corporelle, sans bien entendu l’analyser,  il va sans dire qu’une analyse poussée requiert une compétence acquise par le biais d’une formation. Mais nul besoin de formation, une capacité à observer son interlocuteur suffit pour noter un déséquilibre entre ce qu’il dit et ce qu’il montre, cela nous mettra la puce à l’oreille, et nous incitera à éventuellement creuser pour permettre à la personne de s’exprimer en toute authenticité (par exemple rappelez-vous que nombre d’entre nous ne savent pas dire non, par politesse le plus souvent) ce contraste entre verbal et corporel  nous permettra de rétablir la communication, offrir à l’autre un espace rassurant pour pouvoir s’exprimer favorisera les échanges.

Existe-t-il des différences entre hommes et femmes dans la communication non-verbale ?

Et bien la réponse est oui… mais aucune raison physiologique à cela ! la différence est simplement due au fait que la psyché masculine a tendance à exclure certaines attitudes mentales et donc par conséquent, certaines attitudes physiques aussi. Nous nous inspirons de nos figures d’autorité durant notre enfance (parents, grand-parents, frères, soeurs, professeurs etc…) et nous finissons tous par répéter certains de leurs comportements.

Quelques absurdités persistent

J’ai souvent entendu dire que les bras croisés était un signe de fermeture, moi même j’ai longtemps été « victime » de cette croyance, obligée de faire attention en permanence lors de moments importants pour moi de ne pas croiser les bras, alors que c’est en fait pour moi un geste d’ancrage dans la relation et le moment présent ! oui cela peut effectivement être un signe de fermeture, mais il faut pour cela l’associer au contexte, à la personne, à soi-même pour éventuellement déceler un signe de fermeture. Oui on peut se gratter le nez sans pour autant être accusé(e) de mensonge !! encore une fois : le contexte, le ton, la posture, la gestuelle, la situation etc… sont à prendre en compte avant d’annoncer un diagnostique tout droit sorti d’une série américaine !


Etre remarqué(e) ou être remarquable ?

« Peut-on rester authentique sur les médias sociaux ? » c’est en écoutant la chronique de Fadhila Brahimi sur Widoobiz hier que m’est revenu le souvenir de ce barcamp lillois de 2009 auquel nous avons participé Fadhila et moi.

Un des ateliers proposé et animé par Alexis Monville était « Etre remarqué ou être remarquable ? » vaste sujet qui à passionné le public et qui est plus que jamais, même 3 ans après d’actualité.

Mais revenons à ce concept d’authenticité

L’authenticité est ce qui est réel et relève de l’exactitude, bien entendu je parle ici d’authenticité « humaine », de sincérité et d’honnêteté. Nous sommes inondés d’informations au travers des médias sociaux, parfois nous les choisissons, parfois nous les subissons, souvent nous nous y perdons.

Comment remonter à la source et à l’origine de l’information dans cette sinuosité qu’est Internet ? Les médias sociaux sont bien souvent le théâtre de motivations narcissiques, on ne regarde (suit) plus les « personnes » (qui est vraiment derrière l’écran ?) pour ce qu’elles sont mais souvent pour ce qu’elles disent (même si elles ne font que répéter ce qu’elles ont vu ou entendu ailleurs), nous sommes influencés par leur nombre d’amis sur Facebook ou de followers sur Twitter pour ne citer qu’eux. Je ne dénigre pas cette notoriété apportée par les médias sociaux, je pense simplement que cet indicateur n’est plus assez fiable et il nous faut être un peu plus vigilant ou moins naïf.

Le «danger» pour soi est aussi indéniable lorsque l’on cesse d’être authentique… car il ouvre la voie à sa propre perte d’identité, la prise de recul n’est plus permise et on perd petit à petit le contact avec soi-même. Sans compter l’énergie folle que cela requiert de ne plus jamais s’autoriser à être vraiment soi.

Ce manque d’authenticité ne peut donc être que nuisible, pour nous utilisateurs mais également pour Internet en général. Ce monde formidable dans lequel nous pouvons tout trouver et tout faire, est régulièrement mis en danger par ce manque d’authenticité, ce lien social permit par les médias sociaux n’en est que plus fragilisé et la part belle est faite aux assoiffés de reconnaissance et de notoriété tout cela au détriment de la richesse qu’Internet, au travers des réseaux sociaux, peut nous apporter.

Tout cela me ramène donc à cette citation de Confucius « Ne vous souciez pas d’être remarqué, cherchez plutôt à faire quelque chose de remarquable » combien d’entre nous cherchons à être remarqué plutôt que remarquable ? être remarqué demande du temps et beaucoup de frustration (nos besoins essentiels n’étant pas satisfaits), cela sous-entend aussi qu’il nous faut être dans un rôle dans lequel nous finissons parfois par étouffer. Faire quelque chose de remarquable nous donne quelque chose d’inestimable : le plaisir ! Ce qui est stimulant est de pouvoir travailler, construire, et faire évoluer son image, sa marque sur Internet en partageant nos contenus, notre mode de penser, notre savoir-faire et notre expérience dans une dynamique de collaboration. A nous aussi de savoir nous protéger et d’être toujours relier à l’essentiel : nous-mêmes.

 

Drôle de Journée

Hier, 8 mars 2011, c’était la journée de la Femme (personnellement je suis pour que l’on fête la femme tous les jours…) mais c’était aussi ma toute première Journée de la Femme à Bordeaux ! et quoi de mieux que de la passer avec le Club des Drôles d’Entrepeneures, dont je fais partie et qui a mit une énergie du tonnerre à organiser cette journée.

Retour sur son déroulement

Après l’accueil avec café et croissants, l’occasion est donnée de réseauter et de claquer la bise aux visages familiers ;). Ensuite un woman camp, organisé dans le respect des règles du barcamp (une non-conférence) : 3 sujets ont été proposés. Et là surprise !! un homme à notre table, il s’agit de Patrick Rey, qui a partagé avec nous sur les freins que peuvent rencontrer les femmes dans l’aventure qu’est l’entrepreneuriat féminin. Très bon moment d’échange et de partage, de respect mais aussi beaucoup de rires.

Après la pause déjeuner, nous voilà de retour pour une série d’ateliers autour de la Créativité Individuelle et Collective, du Développement Durable, de l’Inter-Culturalité dans l’entreprise et enfin un atelier sur le Financement d’Entreprise (détails du programme ici). C’est donc la tête remplie d’idées, d’informations et de dynamisme que nous sommes ressortis de ces ateliers.

Mentions spéciales à

Anne-Sophie NOVEL qui est venue nous parler de développement durable et de quelle manière nous impliquer davantage dans ce domaine crucial.

Irina DOBRE et Fanny SOUM-POUYALET venues elles nous parler de l’inter-culturalité dans l’entreprise, sujet qui me tient particulièrement à coeur et qui fait écho à mes valeurs.

Nathalie DUJARDIN, Laetitia CORREIA et Sophie DELVAL pour avoir organisé cette journée parfaite. Un grand Bravo les filles !

Mais ce n’est pas fini 🙂 !! après une journée riche en discussions et échanges, nous voilà partis au Makila Café pour clôturer cette journée autour de quelques tapas, et ainsi faire mieux connaissance, ambiance festive et bonne humeur assurées. L’occasion aussi de découvrir le groupe MO, présent pour accompagner la soirée et partager quelques reprises (Guns and Roses, mais aussi Otis Redding et bien d’autres encore) ainsi que quelques morceaux de leur album, que je vous conseille.

Enfin pour conclure, quelques rencontres épatantes comme Thomas et Catherine d’Idillyc, Leïla, wedding planner (on attend son site !) Nathalie de Belle Stele 33, Florence de CLAY ASSISTANAT, Alexandra et Toma de la Maison du Bonheur, Alice de Com-Amalice, Georgia de Décor & Vous, et beaucoup d’autres encore !

Merci à toutes et à tous pour cette magnifique Journée de la Femme 2012 à laquelle nous avons apporté, ensemble, notre pierre…

 

 

Photo de Nathalie Maurand-Ranvier : Merci !!

 

Un jour ailleurs…

Je sais, depuis le temps vous vous demandiez s’il y avait toujours une personne derrière la machine, vu qu’il ne se passait plus grand chose sur mon blog (d’ailleurs à ce propos je vous suggère cet article intitulé mon blog, ma liberté). Mais le fait est, et il faut se rendre à l’évidence, que le temps passe vraiment très vite.

Saviez-vous que la vie d’une femme est réellement TRÈS chargée ?? pour tout un tas de bonnes raisons : le travail (comme un homme, mais en femme), les enfants (3+1, mais chut) la maison, la vie familiale, sociale, les invitations (qu’on ne peut pas toujours décliner sous prétexte de ne plus avoir 20 ans et de ne plus pouvoir se contenter d’à peine quelques heures de sommeil, bref pour cause de vieillesse), le bénévolat (toujours aider ceux que l’on peut aider), contribuer à une société meilleure, à un monde meilleur (et vlan), accomplir éventuellement quelques miracles par-ci et par-là (si si nous les femmes nous le faisons tout le temps, sauf qu’on ne s’en vante pas) et puis la disponibilité. Voilà les (quelques) raisons de mon silence : gestion de projets (beaucoup de projets).

Beaucoup d’entre vous, fidèles lectrices, lecteurs, clientes et clients, le savent déjà, mais il est temps pour moi d’annoncer « officiellement » mon installation à Bordeaux… et mon départ, non sans peine (je vous jure) de Paris et d’Étampes, les allers-retours deviennent presque un projet… de plus en plus difficile à gérer. Et puis on dirait bien qu’une page se tourne sur un nouveau chapitre, mais l’histoire continue !

Je vais conclure ce billet en remerciant toutes les personnes rencontrées depuis 6 ans maintenant dans mon cadre professionnel, qui m’ont fait confiance et qui à leur façon, m’ont permis de devenir celle que je suis aujourd’hui, tout simplement épanouie.

Un jour, ailleurs…

Credit Photo Gugacurado

Merci qui ???

Avez-vous remarqué comme le simple mot merci, ou absence de merci, pouvait avoir des répercussions ÉNORMES sur nous-mêmes ?

4 catégories de personnes identifiées :

– celles qui ne disent jamais merci (ou à peine) elles estiment que l’opportunité que vous avez représenté pour elles à un moment donné est tout simplement normal.

– celles qui disent merci, juste ce qu’il faut, certainement parce qu’elles ont bien conscience de ce qui se passe au moment où cela se passe.

– celles qui disent merci exagérément et très (trop) longtemps, certainement sont-elles étonnées et comblées de constater qu’elles ont compté à un moment donné pour quelqu’un qui leur a accordé de la valeur (et dont elles pensent manquer…).

– celles qui ne demanderont jamais quoi que ce soit à personne (à quoi bon, qui voudrait les aider, les dépanner) et qui n’auront pas à dire merci.

Cela rappelle le concept de Position de Vie (existentielle ou sociale), le fameux OK+/OK- ou bien OK+/OK+, ou bien OK-/OK+, ou bien encore OK-/OK-…

Les Positions de Vie seront donc le sujet de mon prochain billet !

Et en attendant, optez pour un comportement OK+/OK+, qui est celui de la collaboration et de la coopération 🙂

Isabel

Credit Photo Gastemp

Estime de Soi

Permettez-moi de vous offrir un peu d’Estime de Vous. Au départ, je voulais titrer cet article « J’ai mal à mon Estime » mais finalement restons dans la simplicité.

Revenons à nos bonnes habitudes… voici la définition de Wikipédia sur l’estime de soi :

« L’estime de soi est le jugement ou l’évaluation que l’on fait de soi-même en rapport avec nos propres valeurs. Lorsque nous accomplissons quelque chose que nous pensons valable, nous ressentons une valorisation et lorsque nous évaluons nos actions comme étant en opposition à nos valeurs, nous « baissons dans notre estime ». Selon certains psychologues, l’expression est à distinguer de la confiance en soi qui, bien que liée à la première, est en rapport avec des capacités plus qu’avec des valeurs. »

Bien vous l’aurez compris, l’estime de soi est bel et bien la valeur que nous nous accordons, et savez vous que vous avez le droit de vous aimer et que vous pouvez avoir le droit d’attendre de la vie au moins autant que les autres ?

D’après Jerry Minchinton, spécialiste en développement personnel, pour retrouver l’estime de soi il existe 52 clés (de quoi ouvrir quelques serrures…) les voici :

1 Soyez indulgent avec vous-mêmes lorsque que vous commettez des erreurs.
2 Concentrez vous sur vos points forts et vos réussites.
3 Apprenez à dire « non ».
4 Rejetez avec indifférence toute remarque désobligeante.
5 Considérez chacun comme votre égal.
6 Sachez apprécier les erreurs et en tirer les leçons.
7 Faites du bonheur une habitude.
8 Acceptez d’avoir tort avec sérénité.
9 de pester contre vous-même.
10 Trouvez un emploi qui vous convient.
11 vous préoccupez pas de l’image que vous donnez.
12 Acceptez-vous sans condition dès aujourd’hui.
13 méritez mieux que ce que vous croyez.
14 Recouvrez la liberté.
15 Accordez-vous chaque jour une parenthèse de plaisir.
16 Soyez prêts à vous investir dans vos désirs.
17 Demandez-vous ce qui pousse les gens à vous dire que vous les avez gravement blessés.
18 L’opinion que vous avez de vous-même doit être prépondérante.
19 Soyez 100 % positif un jour par semaine.
20 Admettez que les gens soient différents de vous.
21 Déterminez votre propre définition de la perfection.
22 Résistez à l’envie de changer pour que les autres vous aiment.
23 Ne vous comparez à personne.
24 Être différent ne doit pas vous perturber.
25 Évitez de vous causer des souffrances inutiles.
26 Cessez de vous identifier à vos actes.
27 Accordez de l’importance à vos décisions judicieuses.
28 Donnez la priorité à l’opinion que vous avez de vous-même.
29 Prenez votre santé en main.
30 Gardez le sourire quand on vous critique.
31 Sachez vous adapter.
32 Forgez votre opinion et prenez vos décisions.
33 Acceptez les compliments de bonne grâce.
34 Accordez de l’importance à vos idées.
35 Apprenez à accomplir vous – même les tâches que vous confiez aux autres.
36 Ne prenez aucune sorte de compétition trop au sérieux.
37 Participez à la vie politique.
38 Vos besoins personnels sont les plus importants.
39 Ayez une vision juste des autres.
40 Dites « non » à la culpabilité.
41 Pensez que vous êtes quelqu’un d’estimable.
42 Pardonnez-vous toutes vos fautes.
43 Interprétez chaque événement de manière positive.
44 Chassez tout mauvais sentiment que vous éprouvez envers les autres.
45 Apprenez à résoudre vos problèmes.
46 Défendez vos intérêts.
47 Fiez vous le plus possible à vous-même.
48 Considérez toutes vos pensées comme acceptables.
49 Acceptez l’entière responsabilité de ce qui vous arrive.
50 Ne reconnaissez vos torts que lorsque cela se justifie.
51 Demandez-vous si vous vivez par procuration.
52 Dites ou pensez du bien des autres.

Et pour illustrer, une petite histoire ?

Il y avait un jour un roi qui avait planté près de son château toutes sortes d’arbres, de plantes et et son jardin était d’une grande beauté. Chaque jour, il s’y promenait : c’était pour lui une joie et une détente.

Un jour, il dût partir en voyage. A son retour  il s’empressa d’aller marcher dans le jardin. Il fût surpris en constatant que les plantes et les arbres étaient en train de se dessécher. Il s’adressa au pin, autrefois majestueux et plein de vie, et lui demanda ce qui s’était passé. Le pin lui répondit :
– J’ai regardé le pommier et je me suis dit que jamais je ne produirais les bons fruits qu’il porte. Je me suis découragé et j’ai commencé à sécher.

Le roi alla trouver le pommier : lui aussi se desséchait… Il l’interrogea et il dit :
– En regardant la rose et en sentant son parfum, je me suis dit que jamais je ne serais aussi beau et agréable et je me suis mis à sécher.

Comme la rose elle-même était en train de dépérir, il alla lui parler et elle lui dit : « Comme c’est dommage que je n’ai pas l’âge de l’érable qui est là-bas et que mes feuilles ne se colorent pas à l’automne. Dans ces conditions, à quoi bon vivre et faire des fleurs ? Je me suis donc mise à dessécher. »

Poursuivant son exploration, le roi aperçut une magnifique petite fleur. Elle était toute épanouie. Il lui demanda comment il se faisait qu’elle soit si vivante.

Elle lui répondit  :
– J’ai failli me dessécher, car au début je me désolais. Jamais je n’aurais la majesté du pin, qui garde sa verdure toute l’année, ni le raffinement et le parfum de la rose. Et j’ai commencé à mourir mais j’ai réfléchi et je me suis dit : « Si le roi, qui est riche, puissant et sage, et qui a organisé ce jardin, avait voulu quelque chose d’autre à ma place, il l’aurait planté. Si donc, il m’a plantée, c’est qu’il me voulait, moi, telle que je suis et, à partir de ce moment, j’ai décidé d’être la plus belle possible !

Source Anonyme

Credit Photo Mattox

Tic Tac Tic Tac Tic Tac Tic Tac

Non  je ne fais pas allusion aux petits bonbons orange ou vert… mais tout simplement au temps qui passe, file, court, vole….

Ceci est un billet d’excuses (au pluriel, vous noterez…) pour mes absences « web » répétées, j’ai tout un sac d’excellentes raisons pour justifier cela, la première ? : je faisais le bien autour de moi !!, et ça prend du temps 🙂

Promis, je vais me remettre à un rythme plus soutenu, et reprendre ma plume (à l’ère du Web 2.0 c’est crédible ?) et partager quelques articles, comme au bon vieux temps 🙂

A très vite,

Isabel

Credit Photo Konr4d