Sortez de la Caverne !

La Caverne de Platon…*

Dans une demeure souterraine, en forme de caverne, des hommes sont enchaînés. Ne nous ressemblent-ils pas ? Ils n’ont jamais vu directement la lumière du jour, dont ils ne connaissent que le faible rayonnement qui parvient à pénétrer jusqu’à eux. Des choses et d’eux-mêmes, ils ne connaissent que les ombres projetées sur les murs de leur caverne par un feu allumé derrière eux. Des sons, ils ne connaissent que les échos.

Que l’un d’entre eux soit libéré de force de ses chaînes et soit accompagné vers la sortie, il sera d’abord cruellement ébloui par une lumière qu’il n’a pas l’habitude de supporter. Il souffrira de tous les changements. Il résistera et ne parviendra pas à percevoir ce que l’on veut lui montrer. Alors, Ne voudra-t-il pas revenir à sa situation antérieure ? S’il persiste, il s’accoutumera. Il pourra voir le monde dans sa réalité. Prenant conscience de sa condition antérieure, ce n’est qu’en se faisant violence qu’il retournera auprès de ses semblables. Mais ceux-ci, incapables d’imaginer ce qui lui est arrivé, le recevront très mal et refuseront de le croire : ne le tueront-ils pas ?

La caverne symbolise le monde sensible où les hommes vivent et pensent accéder à la vérité par leurs sens. Mais cette vie ne serait qu’illusion. Le philosophe vient en témoigner par une interrogation permanente, ce qui lui permet d’accéder à l’acquisition des connaissances associées au monde des idées comme le prisonnier de la caverne accède à la réalité qui nous est habituelle. Mais lorsqu’il s’évertue à partager son expérience à ses contemporains, il se heurte à leur incompréhension conjuguée à l’hostilité des personnes bousculées dans le confort (illusoire) de leurs habitudes.

* Source Wikipedia

L’inconnu n’est pas forcément négatif ou hostile, dangereux ou inaccessible, si l’on se donne les moyens… de sortir de la caverne. Le monde est différent, la réalité aussi…  prêt à sortir de Votre Caverne ?

Credit Photo Treyvoni

Une interview à… 4600 euros HT !

Ce n’est pas nouveau, régulièrement nous sommes sollicités, particuliers ou entreprises, par tout un tas de sociétés qui vendent tout un tas de services, parfois utiles… et bien souvent inutiles : des sites Internet, une adhésion sur un annuaire payant (il en existe plusieurs gratuits, et les pages jaunes sont très bien soit dit en passant), une assurance, une complémentaire, un passage sur une radio que vous ne connaissiez pas jusqu’au coup de téléphone du commercial… bref tout un tas de sollicitations dont on se passerait bien et qui nous font perdre un temps précieux, et conditionnent parfois notre humeur, lorsqu’elles ont lieu le même jour…

Mais aujourd’hui, comme dirait Sophie, c’était la cerise sur le poulet ! Coup de téléphone à priori intéressant : un proposition d’interview pour un magazine trimestriel, avec plus de 70.000 lecteurs (ah quand même) pour parler de mes activités de coaching, de sophrologie et  d’accompagnement envers des cadres dirigeants, chefs d’entreprises et top managers… la totale quoi ! Mais, car il y a un MAIS, pour avoir déjà côtoyé des journalistes (pro avant tout), le ton me paraissait bien trop mielleux pour une véritable interview… Polie, comme j’ai toujours l’habitude de l’être, je laisse la madame finir son argumentaire (6 minutes et 21 secondes, quand même). A la fin de celui-ci, elle me demande si je suis intéressée et disponible, ce à quoi je lui réponds que cela dépend de COMBIEN je peux être intéressée… Non non non me répond-elle ! l’interview est gratuite (2 pages tout de même !!) en échange, on me demande simplement d’acheter un quart de page pour y coller ma publicité et ce pour la modique somme de 4 600 euros hors taxes !! Merci, suivant !

Credit Photo lusi