Le premier ne sera pas le dernier #CoachingDojo

TicTac

Et bien c’est fait, samedi dernier nous avons donné vie au premier Coaching Dojo bordelais ! Voilà un moment que cela me démangeait de remettre le couvert, le remettre vraiment cette fois.

19 participants sur les 20 inscrits, un désistement (seulement) la veille, alors quelle joie de voir arriver tout ce beau monde samedi matin, le sourire aux lèvres et avec la même envie de vivre  pleinement cette journée !

Nous démarrons la journée en faisant connaissance les uns avec les autres, nous avons imaginé simplement utiliser un ice-breaker qui favorise le parler de soi sans trop parler de soi (portrait-chinois) et la mise en place d’un socle solide pour garantir une journée sous le signe du partage, de la connaissance et de la bienveillance. Maintenant je peux le dire, la mayonnaise a pris immédiatement.

Nous voulions uniquement des acteurs non des spectateurs et nous avons été entendus ! Chacun a pu tenir le rôle de « Coach », « Coaché(e) et « Observateur » puisque tel était là le but de cette journée : découvrir, pratiquer et vivre le coaching. Tout cela dans un cadre sécurisé et bienveillant. Nous assurions cette dernière partie, personnes (coachs) ressources, garants du cadre et à l’écoute du début à la fin.

Nous, c’est Christophe Deniaud, et j’en profite pour le remercier chaleureusement de la manière dont il a contribué à rendre cette journée possible, Fabrice Aimetti et moi même.

Nous pensons bien entendu déjà à la prochaine édition, nous avons tous fait part unanimement de notre envie de recommencer alors… on ne va pas se gêner, surtout que j’ai déjà plein d’idées.

La clôture de ce coaching dojo a été à la hauteur de la journée : formidable, d’autant plus que nous sommes tous repartis avec 18 signes de reconnaissance chacun, c’est pour vous dire…

Merci à toutes et à tous et… @bientôt

 

Isabel

p.s : a  au fait, voilà très (trop) longtemps que je ne m’exprimais pas sur mon blog, ça va changer ! Bisous et à très vite.

TEDxBordeaux 2013

ensemble
Que de chemin parcouru depuis cette idée folle qui nous a traversée l’esprit en 2010 : donner à Bordeaux son premier TEDx ! Il a eu lieu le 28 mai 2011 au CAPC, sur le thème « Ensemble » le rêve est devenu réalité grâce à une équipe engagée portée par le projet, devant une salle comble et enthousiaste pour cette première édition.

TEDxBordeaux2012 Puis le 1er décembre 2012 avec pour thème « Terr(his)toires », Bordeaux a eu son deuxième TEDx, devant une salle toujours aussi bondée et accueillie dans un magnifique décor, plongeant chaque participant durant 4 heures dans un univers magique : pas de doute, nous sommes bel et bien dans l’univers TEDx, si ce n’est que pour cette deuxième édition, l’évènement est monté en puissance et l’extraordinaire travail de l’équipe y est pour beaucoup.

TEDxBordeaux_Noir_300Alors nous voici en 2013, et une 3ème édition de TEDxBordeaux se prépare, et c’est avec une motivation, une passion et une envie intactes que nous allons, nouveaux et anciens membres de l’organisation, poursuivre ce rêve…

 

Influence & Manipulation

Influence&ManipulationVoilà bien (trop) longtemps que je n’écrivais pas mon petit article… pour justifier ce manquement et surfer sur la vague du narcissisme 2.0 qui a le vent en poupe ces temps-ci, je pourrais justifier cela par trop de travail, de rendez-vous, de missions, d’interventions ou encore de voyages aux 4 coins de l’hexagone ! même si c’est un peu de tout cela, c’est aussi parce que pour écrire, il faut du temps, de l’inspiration et de l’envie. il fallait donc attendre d’avoir les 3, aujourd’hui c’est le cas.

Et je viens avec du lourd, pas du nouveau, mais du lourd ! Beaucoup ont certainement déjà lu « Influence & Manipulation » de Robert Cialdini, pour les autres il est temps de le lire ! Ce livre je l’ai dévoré il y 8 ans, et puis le temps passe, passe, passe, les activités, le quotidien reprennent le dessus puis on oublie… et puis un jour paf ! on y repense.

Combien de sollicitations commerciales professionnelles  nous sont dirigées ? des demandes, des offres de collaboration, des projets communs ? trop. Combien de sérieuses ? peu.

Comme c’est la crise, forcément on a peur, pour nos enfants, nos familles, notre travail, notre avenir, notre planète, notre économie etc. et qu’y-a-t-il de plus fort que la peur ? il y a l’Espoir ! et c’est là que les marchands de rêves et d’illusion entrent en jeu. Ils ont faim et ils comptent bien sur nous pour les nourrir.

Et rappelez-vous que si c’est gratuit, c’est que vous êtes le produit…

 

Extrait :

« L’idée que quelqu’un nous apprécie peut, par le sentiment de sympathie qu’elle suscite, être un procédé de persuasion diaboliquement efficace. C’est pourquoi nous entendons souvent ceux qui veulent obtenir quelque chose de nous nous dire des choses flatteuses ou proclamer leurs affinités avec nous. »

« Engagement et Cohérence : Comme les autres armes d’influence, celle-ci utilise un de nos ressorts secrets pour diriger, avec une tranquille assurance nos actions. Il s’agit tout simplement de notre désir quasi obsessionnel d’être et de paraître cohérents dans nos comportements. Dès que nous avons pris position ou opté pour une certaine attitude, nous nous trouvons soumis à des pressions intérieures et extérieures qui nous obligent à agir dans la ligne de notre position première, de façon à justifier nos décisions antérieures »

 

« La réciprocité… ou le donnant-donnant ET reprenant : le fait de recevoir, même quelque chose d’immatérielle, créée une dette »

« L’autorité : l’expérience de Milgram… »

Vous êtes prévenu(e)s 😉

 

La communication au service du projet

La communication au service de la réussite du projet, tel était le sujet de mon intervention à l’Agile Tour Bordeaux, le 12 octobre 2012.

Une très belle expérience, un grand merci aux organisateurs, au public chaleureux ainsi qu’aux autres intervenants, une excellente journée pour un excellent cru 2012, vivement l’année prochaine !

 

Speakeuses à l’Agile Tour Bordeaux 2012

La salle s’appelait « Courage »… et nous y sommes presque toutes passées. La salle, c’était l’amphi, himself. Une journée riche, à la fois techniquement parlant mais surtout, déformation professionnelle, humainement.

C’est ce que je vais retenir de cette journée, une aventure humaine, un peu comme le TedxBordeaux 2011, sauf que cette fois ci, je n’étais pas du côté de l’organisation mais de celui des speakers… des speakeuses en fait, 5 au total, beau chiffre non ? Il y avait Caroline, Emilie, Sophie, Oana et moi, avec chacune son style, son domaine de compétence et son savoir-faire. Et je crois bien qu’on s’est données à fond ce jour-là.

Mais je ne peux pas parler aux noms de toutes, en ce qui me concerne, je suis sortie de la salle en me disant que j’ai donné tout ce que j’ai pu donner à ce moment-là, avec les ressources disponibles que j’avais au moment où je suis rentrée dans l’amphi. Aurais-je pu mieux mieux faire ? moins bien faire ? certainement, car le principe d’amélioration continue est bel et bien là 😉

Ce que je retiens ? que les valeurs de l’agilité étaient au complet : Feedback, Simplicité, Courage, Respect, Communication, mais aussi toutes les rencontres, les échanges et les moments de partage avec des familiers et des inconnu(e)s. Bref, j’étais à l’Agile Tour Bordeaux 2012.

Bravo aux orateurs, bravo au public et un merci spécial à toute l’équipe d’orga, qui nous a fait confiance, pour faire de cet Agile Tour 2012, un cru exceptionnel !

Focus sur le métier de Coach

Il y a quelques semaines j’ai eu l’occasion d’assister à une conférence à Bordeaux intitulée « À quoi reconnait-on un coach professionnel ? » un titre au combien révélateur. Dans l’assistance, quelques coachs et beaucoup de personnes intéressées par la profession.

De plus en plus de coachs apparaissent régulièrement, des coachs qui peinent à se faire connaître et des clients souvent perdus quant au choix du coach, alors pourquoi ? Selon l’enquête réalisée par PWC à la demande de l’International Coaching Federation, concernant le métier de coach et dont les résultats ont été publiés en février 2012, les obstacles repérés par les coachs professionnels en exercice sont liés pour 30% d’entre eux à la confusion des marchés, et pour 43% d’entre eux aux coachs auto-proclamés. Difficile de parvenir à une reconnaissance, aussi bien par ses pairs que par des clients devant une probable confusion. Mais s’il existe des « dommages » pour les coachs professionnels en termes de reconnaissance de la profession, de réputation ou encore de légitimité, le risque concerne les clients directement, car le client lui ne saura pas faire la différence entre un coach certifié et un non-certifié, et les conséquences pourront être dans le meilleur des cas une simple perte de temps.

Dans le fond, tout le monde peut devenir coach, cette profession n’étant pas règlementée et de surcroit étant à la mode, forcément attire nombre de personnes. Pour éviter les dérives, il existe des fédérations et association de coachs, qui réunissent des coachs certifiés. on notera donc que ces derniers afficheront sur leur CV, sur leur blog ou encore sur leur profil de réseaux sociaux professionnels leur appartenance à ces dernières, puisque pour pouvoir intégrer une association de coachs professionnels, quelle qu’elle soit, la condition première est de pouvoir justifier d’une formation comptabilisant un minimum d’heures.

Alors à quoi le reconnait-on le coach professionnel ?? il doit avoir à son actif une formation de plusieurs centaines d’heures, une expérience professionnelle confirmée, avoir fait un travail de développement personnel et enfin avoir recours à la supervision, aucun coach digne de ce nom ne peut se soustraire à la supervision qui est d’une nécessité absolue.

Pour y voir plus clair, voici les définitions du coaching professionnel et personnel d’ICF France  qui sont similaires aux autres organisations.

Le coaching professionnel se définit comme une relation suivie dans une période définie qui permet au client d’obtenir des résultats concrets et mesurables dans sa vie professionnelle et personnelle. A travers le processus de coaching, le client approfondit ses connaissances et améliore ses performances.

Le coaching peut se pratiquer en séances de face-à-face, au téléphone ou en séances collectives, voire dans un lieu spécifique (Coaching sportif). Ces séances peuvent être assorties d’échanges écrits par courrier ou par e-mail.

Le coaching peut être utilisé parallèlement à un travail de psychothérapie mais il ne saurait s’y substituer.

 

Les objectifs du coaching individuel et collectif

Donner à son entreprise une orientation pertinente, choisir ses alliés et définir les structures ad hoc.

Mettre en place une délégation réussie qui permette de se concentrer sur les missions fondamentales.
Animer son équipe avec le maximum d’efficacité et d’enthousiasme.
Concilier ses obligations professionnelles et personnelles.
Exercer ses responsabilités avec plus d’efficacité.
Faire face à des évolutions plus ou moins importantes de son environnement.
Rétablir une situation managériale difficile.
Réorienter sa carrière.
Identifier ses enjeux et être performant plus rapidement dans sa prise en main d’un nouveau poste.

 

Les 11 compétences du Coach

Etablir les fondations

1. Respecter les directives éthiques et les normes professionnelles.

2. Etablir le contrat de coaching : comprendre ce qui est exigé et se mettre d’accord avec le nouveau client sur les procédures et la relation de coaching.

 

Co-créer la relation avec le client

3. Construire un climat fondé sur la confiance et le respect.
4. Créer une relation spontanée avec le client par une communication ouverte, souple et rassurante.

 

Communiquer avec efficacité

5. Ecouter avec attention les dits comme les non-dits et favoriser l’expression personnelle du client.
6. Poser des questions pertinentes qui permettent de révéler les informations nécessaires.
7. Pratiquer une communication directe et indirecte.

 

« Apprendre à apprendre  » à réussir

8. Être capable d’intégrer et d’évaluer avec précision les sources multiples d’informations et présenter des suggestions qui aident le client à atteindre les objectifs fixés.
9. Co-créer des opportunités d’apprentissage continu, pendant les séances de coaching et les situations quotidiennes, afin d’entreprendre de nouvelles actions qui génèreront le plus efficacement possible les résultats souhaités.
10. Planifier et établir des objectifs.
11. Être capable de centrer son attention sur ce qui est important pour le client et le laisser assumer la responsabilité de ses actions.


Votre corps en dit long sur vos pensées

S’il existe un langage difficile à contrôler c’est bien celui du corps ! Notre expression corporelle en dit bien plus sur nous, sur nos pensées et notre état d’esprit que notre langue, avec en plus cette réalité implacable : le corps ne ment pas, il est le plus souvent dans un posture authentique.

Même si pour un instant plus ou moins long nous décidons de rompre ou de suspendre notre communication verbale, notre corps lui ne peut pas ne pas communiquer !

Notre corps est directement lié aux émotions, et les émotions existent pour nous inviter à passer à l’action, c’est donc le corps qui sert, tout comme le langage verbal, à livrer nos émotions… à la différence que le corps lui ne sait pas réellement cacher l’émotion authentique ressentie et non exprimée à un niveau verbal. Pensez par exemple que vous êtes en colère contre quelqu’un, mais que nous n’avez pas envie de lui crier votre colère, et bien même si vos mots ne sortent pas de votre bouche, ils sortiront de votre corps : votre regard, vos bras, vos épaules, votre posture générale  et votre gestuelle exprimeront cette colère… que votre interlocuteur se sera pas toujours capable de repérer.

Sans rentrer dans le détail et afin d’éviter une lecture toute faite du langage corporel en général, il est à noter que le corps nous fournit de précieux indices quant à l’état d’esprit de notre interlocuteur, il faut donc apprendre à lire son expression corporelle, sans bien entendu l’analyser,  il va sans dire qu’une analyse poussée requiert une compétence acquise par le biais d’une formation. Mais nul besoin de formation, une capacité à observer son interlocuteur suffit pour noter un déséquilibre entre ce qu’il dit et ce qu’il montre, cela nous mettra la puce à l’oreille, et nous incitera à éventuellement creuser pour permettre à la personne de s’exprimer en toute authenticité (par exemple rappelez-vous que nombre d’entre nous ne savent pas dire non, par politesse le plus souvent) ce contraste entre verbal et corporel  nous permettra de rétablir la communication, offrir à l’autre un espace rassurant pour pouvoir s’exprimer favorisera les échanges.

Existe-t-il des différences entre hommes et femmes dans la communication non-verbale ?

Et bien la réponse est oui… mais aucune raison physiologique à cela ! la différence est simplement due au fait que la psyché masculine a tendance à exclure certaines attitudes mentales et donc par conséquent, certaines attitudes physiques aussi. Nous nous inspirons de nos figures d’autorité durant notre enfance (parents, grand-parents, frères, soeurs, professeurs etc…) et nous finissons tous par répéter certains de leurs comportements.

Quelques absurdités persistent

J’ai souvent entendu dire que les bras croisés était un signe de fermeture, moi même j’ai longtemps été « victime » de cette croyance, obligée de faire attention en permanence lors de moments importants pour moi de ne pas croiser les bras, alors que c’est en fait pour moi un geste d’ancrage dans la relation et le moment présent ! oui cela peut effectivement être un signe de fermeture, mais il faut pour cela l’associer au contexte, à la personne, à soi-même pour éventuellement déceler un signe de fermeture. Oui on peut se gratter le nez sans pour autant être accusé(e) de mensonge !! encore une fois : le contexte, le ton, la posture, la gestuelle, la situation etc… sont à prendre en compte avant d’annoncer un diagnostique tout droit sorti d’une série américaine !


Etre remarqué(e) ou être remarquable ?

« Peut-on rester authentique sur les médias sociaux ? » c’est en écoutant la chronique de Fadhila Brahimi sur Widoobiz hier que m’est revenu le souvenir de ce barcamp lillois de 2009 auquel nous avons participé Fadhila et moi.

Un des ateliers proposé et animé par Alexis Monville était « Etre remarqué ou être remarquable ? » vaste sujet qui à passionné le public et qui est plus que jamais, même 3 ans après d’actualité.

Mais revenons à ce concept d’authenticité

L’authenticité est ce qui est réel et relève de l’exactitude, bien entendu je parle ici d’authenticité « humaine », de sincérité et d’honnêteté. Nous sommes inondés d’informations au travers des médias sociaux, parfois nous les choisissons, parfois nous les subissons, souvent nous nous y perdons.

Comment remonter à la source et à l’origine de l’information dans cette sinuosité qu’est Internet ? Les médias sociaux sont bien souvent le théâtre de motivations narcissiques, on ne regarde (suit) plus les « personnes » (qui est vraiment derrière l’écran ?) pour ce qu’elles sont mais souvent pour ce qu’elles disent (même si elles ne font que répéter ce qu’elles ont vu ou entendu ailleurs), nous sommes influencés par leur nombre d’amis sur Facebook ou de followers sur Twitter pour ne citer qu’eux. Je ne dénigre pas cette notoriété apportée par les médias sociaux, je pense simplement que cet indicateur n’est plus assez fiable et il nous faut être un peu plus vigilant ou moins naïf.

Le «danger» pour soi est aussi indéniable lorsque l’on cesse d’être authentique… car il ouvre la voie à sa propre perte d’identité, la prise de recul n’est plus permise et on perd petit à petit le contact avec soi-même. Sans compter l’énergie folle que cela requiert de ne plus jamais s’autoriser à être vraiment soi.

Ce manque d’authenticité ne peut donc être que nuisible, pour nous utilisateurs mais également pour Internet en général. Ce monde formidable dans lequel nous pouvons tout trouver et tout faire, est régulièrement mis en danger par ce manque d’authenticité, ce lien social permit par les médias sociaux n’en est que plus fragilisé et la part belle est faite aux assoiffés de reconnaissance et de notoriété tout cela au détriment de la richesse qu’Internet, au travers des réseaux sociaux, peut nous apporter.

Tout cela me ramène donc à cette citation de Confucius « Ne vous souciez pas d’être remarqué, cherchez plutôt à faire quelque chose de remarquable » combien d’entre nous cherchons à être remarqué plutôt que remarquable ? être remarqué demande du temps et beaucoup de frustration (nos besoins essentiels n’étant pas satisfaits), cela sous-entend aussi qu’il nous faut être dans un rôle dans lequel nous finissons parfois par étouffer. Faire quelque chose de remarquable nous donne quelque chose d’inestimable : le plaisir ! Ce qui est stimulant est de pouvoir travailler, construire, et faire évoluer son image, sa marque sur Internet en partageant nos contenus, notre mode de penser, notre savoir-faire et notre expérience dans une dynamique de collaboration. A nous aussi de savoir nous protéger et d’être toujours relier à l’essentiel : nous-mêmes.

 

Drôle de Journée

Hier, 8 mars 2011, c’était la journée de la Femme (personnellement je suis pour que l’on fête la femme tous les jours…) mais c’était aussi ma toute première Journée de la Femme à Bordeaux ! et quoi de mieux que de la passer avec le Club des Drôles d’Entrepeneures, dont je fais partie et qui a mit une énergie du tonnerre à organiser cette journée.

Retour sur son déroulement

Après l’accueil avec café et croissants, l’occasion est donnée de réseauter et de claquer la bise aux visages familiers ;). Ensuite un woman camp, organisé dans le respect des règles du barcamp (une non-conférence) : 3 sujets ont été proposés. Et là surprise !! un homme à notre table, il s’agit de Patrick Rey, qui a partagé avec nous sur les freins que peuvent rencontrer les femmes dans l’aventure qu’est l’entrepreneuriat féminin. Très bon moment d’échange et de partage, de respect mais aussi beaucoup de rires.

Après la pause déjeuner, nous voilà de retour pour une série d’ateliers autour de la Créativité Individuelle et Collective, du Développement Durable, de l’Inter-Culturalité dans l’entreprise et enfin un atelier sur le Financement d’Entreprise (détails du programme ici). C’est donc la tête remplie d’idées, d’informations et de dynamisme que nous sommes ressortis de ces ateliers.

Mentions spéciales à

Anne-Sophie NOVEL qui est venue nous parler de développement durable et de quelle manière nous impliquer davantage dans ce domaine crucial.

Irina DOBRE et Fanny SOUM-POUYALET venues elles nous parler de l’inter-culturalité dans l’entreprise, sujet qui me tient particulièrement à coeur et qui fait écho à mes valeurs.

Nathalie DUJARDIN, Laetitia CORREIA et Sophie DELVAL pour avoir organisé cette journée parfaite. Un grand Bravo les filles !

Mais ce n’est pas fini 🙂 !! après une journée riche en discussions et échanges, nous voilà partis au Makila Café pour clôturer cette journée autour de quelques tapas, et ainsi faire mieux connaissance, ambiance festive et bonne humeur assurées. L’occasion aussi de découvrir le groupe MO, présent pour accompagner la soirée et partager quelques reprises (Guns and Roses, mais aussi Otis Redding et bien d’autres encore) ainsi que quelques morceaux de leur album, que je vous conseille.

Enfin pour conclure, quelques rencontres épatantes comme Thomas et Catherine d’Idillyc, Leïla, wedding planner (on attend son site !) Nathalie de Belle Stele 33, Florence de CLAY ASSISTANAT, Alexandra et Toma de la Maison du Bonheur, Alice de Com-Amalice, Georgia de Décor & Vous, et beaucoup d’autres encore !

Merci à toutes et à tous pour cette magnifique Journée de la Femme 2012 à laquelle nous avons apporté, ensemble, notre pierre…

 

 

Photo de Nathalie Maurand-Ranvier : Merci !!